Ladybug

IMG_20160407_115315

Passage Rameau,

Monte Carlo.

Sur un feuillage

Porte bonheur,

Trèfle enchanteur,

En robe à pois,

Coeur en émoi.

C’est de son âge,

Corset rubis

Toque vernie

Beauté divine,

Elle s’achemine ;

Telle Chatterley

Jouant valet.

Un doryphore

Nommé Black Jack

Blonde casaque,

Imper et passe,

Cours vers le snack.

Très beau très fort

Et plein aux as.

Dans son armure

Trois pièces rayures.

Très bien pourvu

A tout point de vue ;

Quelle belle allure !

La coccinelle

En perd la boule.

Son âme chancelle,

Ce type chamboule

La demoiselle.

Elle sait c’est l’heure,

C’est un seigneur.

Notre flambeur

Soudain voit rouge.

Un domino

En boléro !

Elle en fait trop !

L’américain,

Pas faux jeton

Lui donne le ton :

« Bête à sept points

Points trop n’en faut ! »

Lui est plutôt

Ligne Ungaro.

Bête à bon dieu

Sur le carreau.

L’espoir se perd

Sur tapis vert.

Elle crie « maraud !»

Et lui « pas mieux !»…

C’est veine perdue,

Rien ne va plus…

Au jeu d’amour,

La réussite

A ses limites.

Avoir l’atout

N’est pas un tout.

Encore faut-il

De la bravoure.

Désir fragile,

Garder des doutes.

Sinon banqueroute…

Publié dans Poésies | Laisser un commentaire

Supergrass

20160403_141514.jpg

Midi moins le quart : c’est un peu tard !

Petit lézard sort du coaltar,

Marche à tâtons

Premiers rayons.

Le dragonnet voudrait bruncher.

Pas un moucheron, ni de puceron

Pour se baffrer.

Le tire-au-flanc, flapi saurien,

Aimerait bien, badin vaurien,

Jouer les galants…

Sous la rocaille, sur la muraille,

Il se hasarde.

Pas de lézarde, ni de cossarde.

Exténué, petit lézard

Marche au radar.

Rêver bailler, c’est tout un art.

Se reposer sur ses lauriers

Sur deux oreilles, à poings fermés,

Dans son plumard

Midi et quart.

Publié dans Poésies | Laisser un commentaire

Sainte Honorée pour la Sainte Irénée

Robe mousseline et rondeurs exquises
Accrochent à mon regard un rien de gourmandise.
Tes oeuvres sucrées comme seins honorés
Offrent à mon âme des bêtises de cambrée.

Bouchées saccharose et fondant guimauve,
Crêpes dentelles et deux chocolats,
Nos coeurs perlant lait de coco là.
Accordons nos violons pour une nuit mauve.

Crocs en bouche en succions sucrées,
Fais-moi danser le meringué.

pict13

Photo : auteur inconnu

Publié dans Poèmes érotiques | Laisser un commentaire

Pousse-caillou

Entre terre et ciel il y a :
Une école, des bestioles
Mon copain, des sapins
Des châteaux, un crapaud
La pendule, des virgules
Mes crayons, mon chocolat
Le parfum de Réséda…

Et puis les abeilles dans la lumière
Et puis les cheveux de ma mère
Et tant d’autres choses encore…

entre ciel et terre9

Publié dans Poésies | Laisser un commentaire

Archère sous – allonge

Murmures des regards et voies ouvertes aux vents…Pour fondre et refleurir…

la poésie -scène du film Les Amants Réguliers-

Les amants réguliers, Philippe Garrel, 2005

Publié dans Agitations | Laisser un commentaire

Exercice de style

Complet dans l’S de la Contrescarpe à Champerret… R. Queneau

Le lauréat -

Le lauréat, Mike Nichols, 1967

Publié dans Agitations | Laisser un commentaire

C’est pour ma pomme.

Pomme, je te veux

Soif de tes sucs

Faim de tes sucres

Toujours nouvelle

Tombée d’Eden.

Bouquet de joues garance

Mes lèvres sur ta robe embaumée

Mes paumes sur tes rondes innocences

Mes crocs dans tes flancs pommelés

Ma langue roule et danse.

Emplir ma bouche de toi

Pure pommée, tu m’fais croquer

Jusqu’au trognon pas de quartier

Jusqu’au pépin te picorer.

IMG_20160222_231951

Photo : Eden, by Valentina  Fontanella

Publié dans Poèmes érotiques | Laisser un commentaire

La force de l’artiste c’est d’aimer les gens.

Dead Can Dance - Song of the Stars (Pina version)_8487-8624

Dead Can Dance, Pina Bausch, 2012

Publié dans Agitations | Laisser un commentaire

Attraction , répulsion, champ magnétique et champ de bataille

Dead Can Dance - Song of the Stars (Pina version)

Dead Can Dance, Pina Bausch, 2012

Publié dans Agitations | Laisser un commentaire

Saint Valentin : des hauts-le-coeur pour tous !

Vive le sport ! 1925

The freshman, Fred C. Newmeyer, 1925

Publié dans Agitations | Laisser un commentaire